Anatomie
Dr. Bertrand Boutillier
Pr. Gérard Outrequin

Anatomie fonctionnelle des muscles

1 - Données de l’anatomie descriptive : Supposées connues du lecteur.

2 - Données de la bio -mécanique : (rappel sommaire)

* Fléchisseurs / Extenseurs / Pronateurs / Supinateurs / Abducteurs / Adducteurs : pour les membres

* Fléchisseurs / Extenseurs / Inclinaisons droite et gauche / Rotateurs droits et gauches : pour le squelette axial (tronc et cou).

* Mono - articulaires : action inter -segmentaire. Il existe des mono - articulaires longs (m. brachial) et courts (m. anconé, m. poplité)

* Poly - articulaires : action pluri -segmentaire (à noter l’action à longue portée du Biceps. S’insérant au - dessus de l’interligne articulaire de l’épaule, il porte l’avant - bras en flexion, et la main dans l’espace).

* Agonistes : (raccourcissement) / antagonistes : (allongement). A noter que l’allongement de l’antagoniste n’est pas un phénomène passif. Il existe un tonus résiduel et régulé de l’antagoniste, s’adaptant au degré d’allongement et à la force nécessaires. Ce tonus de l’antagoniste est appréciable dans une flexion en charge.

Il existe donc un équilibre dans la répartition des forces mécaniques qui s’exercent dans l’espace intra - articulaire (cartilage contre cartilage). Hypothèse : Dans les dysfonctionnements dégénératifs du Système nerveux central (dûs à l’âge ou aux excès sportifs ou professionnels), il y a ici un facteur prédisposant à l’arthrose.

3 - Organisation des chaînes musculaires cinétiques dans le mouvement volontaire global (déjà traité dans le commentaire C2).

4 - Innervation motrice du muscle : Elle se fait au niveau de la fibre musculaire par la plaque motrice, dont le neuro - transmetteur est l’acétylcholine (Ach).
Unité motrice : Elle est constituée par un motoneurone, son axone, son arborisation terminale et plusieurs fibres musculaires. Le nombre de fibres musculaires branchées sur un motoneurone constitue le « taux d’innervation ». Pour les petits muscles de précision (m. moteurs de l’œil), il est de 1/10. Pour les muscles puissants (m. Triceps sural), il est de 1/1000.

5 - Innervation sensitive du muscle : Elle est assurée par les fuseaux neuro - musculaires, petites fibres musculaires spécialisées, réparties dans la masse du muscle. Équipées de terminaisons nerveuses sensitives, elles enregistrent les variations de longueur et de tonus du muscle. Elles se comportent comme des capteurs de tension ou des jauges d’extensométrie. Ces informations intrinsèques sur l’état physique du muscle, utilisent les voies de la sensibilité proprioceptive inconsciente (faisceaux spino - cérébelleux direct et croisé), qui montent dans la moelle jusqu’au cervelet (paléo - cérébellum).

6 - Innervation sensitive des tendons musculaires : Elle utilise les corpuscules neuro - tendineux de Golgi. De seuil plus élevé que les précédents, ils assurent une protection de la jonction musculo - tendineuse.

7 - Notions de tonus musculaire : Distinguer :
-* le tonus de base (lui - même, variable),
-* le tonus gradué selon l’effort et la vigilance.

Il y a donc une nécessité de réglage tonique au cours du mouvement.

Diapo précédente - Diapo suivante

Hit-Parade