Anatomie
Dr. Bertrand Boutillier
Pr. Gérard Outrequin

Conclusion


Conclusions

A- Notions à retenir

- 1- La fonction d’un muscle dans le mouvement est déterminée par ses insertions anatomiques, son innervation périphérique et centrale, mais aussi, par la typologie de ses fibres.

- 2- Chaque muscle contient les 3 catégories de fibres musculaires (I, II A, II B), en proportion variable. Cette proportion conditionne le mode de fonctionnement du muscle.

- 3- Le tout est innervé par les systèmes moteurs fondamentaux (équilibre, posture, mouvement).

- 4- Dans le déroulement du mouvement normal, chacun des systèmes moteurs est responsable du recrutement des fibres musculaires de même type, dans des muscles différents. Ainsi se forment des associations musculaires synergiques, appelées « chaînes musculaires cinétiques » (CMC).

B- Conclusions utiles en rééducation : Plusieurs plans de raisonnement :

- 1- au plan de l’organe effecteur : Le muscle doit être entretenu activement (muscle sain) ou passivement (muscle paralysé). Dans ce cas, deux niveaux possibles :
*paralysie centrale : le but est de limiter l’hypertonie réflexe (spasticité, plasticité ou rigidité).
* paralysie périphérique : pour éviter la dégénérescence musculaire, et dans l’hypothèse d’une régénération neurologique périphérique possible, nécessité de l’entretien des structures musculaires internes (myofibrilles, réticulum, capillaires..). Cet entretien peut se faire par voie directe (massages des masses musculaires inertes), ou indirecte (rééducation adaptée - voir plus bas).

- 2- au plan de la fonction : les notions d’anatomie morphologique (toujours indispensables) doivent être surmontées.

a)- La fonction locomotrice s’appuis sur le concept de m.agonistes / m.antagonistes, et non plus seulement sur la notion de fléchisseurs / extenseurs. Deux cas possibles :
*paralysie centrale : les techniques de rééducation neuro - musculaires (Bobath, Kabat, Rood) ont pour but de faire céder les contractures et rigidités réflexes. Ce sont des techniques de re - programmation neuro - motrice, basées sur les fonctions réflexes centrales.
* paralysie périphérique : les muscles inertes ne peuvent être recrutés en fonction agoniste, mais peuvent être sollicités physiquement (étirement - assouplissement) en fonction antagoniste, en utilisant les chaînes musculaires cinétiques (CMC).

Les groupes musculaires paralysés sont inclus dans des CMC qui sont animées par d’autres muscles fonctionnels. La sollicitation, même incomplète d’une CMC, utilisée en fonction agoniste ou antagoniste (libre ou contre résistance), soumet les muscles paralysés à des conditions physiques actives. L’essentiel est de mobiliser le muscle paralysé en le mettant dans un environnement actif.

Les CMC de base sont l’enroulement / supination et le déroulement / pronation pour les membres ; Elles peuvent être associées en mouvement contro - latéraux opposés. Plus globalement elles peuvent être associées aux mouvements du tronc (Torsions/ Flexion ou extension).
La stratégie est laissée à l’appréciation raisonnée et à l’imagination du thérapeute.

Fin de l’étude du mouvement volontaire

Diapo précédente

Hit-Parade