Anatomie
Dr. Bertrand Boutillier
Pr. Gérard Outrequin

Posture


Posture

L’enchaînement bio - mécanique (ou solidarité) des segments de membre se déplaçant dans l’espace impose un réglage tonique évolutif des muscles assurant la posture (ou position) du membre en déplacement, qu’il soit libre ou en charge. Ce réglage concerne principalement les m. antagonistes.

Les ganglions de la base du cerveau (ou noyaux gris centraux ou corps striés) et leurs voies, représentent le cerveau moteur extra - pyramidal, responsable de la tonicité posturale à l’intérieur du mouvement

Cette organisation, inconsciente, associe deux programmes :

- 1 - Un réglage tonique des muscles posturaux (mono - articulaires), supports du poids du membre en déplacement.
Son origine cérébrale est striatale (corps striés et noyaux sous - opto - striés, dont le locus niger). Cette voie atteint les noyaux facilitants (+) de la substance réticulée, qui donne dans la moelle le faisceau réticulo - spinal médian.

- 2 - Un réflexe long, en boucle, assure la régulation du tonus postural des antagonistes. L’information périphérique du tonus des muscles des membres et du tronc (sensibilité proprioceptive inconsciente) utilise les faisceaux spino - cérébelleux direct (membre inférieur / tronc) et spino - cérébelleux croisé (membre supérieur). Ces faisceaux se projettent sur le cervelet : cortex et noyaux du paléo- cérébellum (région vermienne). La voie efférente atteint le noyau rouge (paléo - rubrum) qui donne le faisceau rubro - spinal, descendant dans le cordon latéral de la moelle épinière. Ce faisceau est inhibiteur (-).

Il existe donc, dans le mouvement normal, un équilibre tonique des agonistes (+) et des antagonistes (-), inter - segmentaires, régulé selon les besoins du mouvement.
La pathologie de ce système se traduit par une rigidité musculaire avec hypertonie posturale (Ex : rigidité dans la maladie de Parkinson).

Diapo précédente - Diapo suivante

Hit-Parade