Anatomie
Dr. Bertrand Boutillier
Pr. Gérard Outrequin

Un exemple de différentiation des fonctions musculaires

Un exemple de différentiation des fonctions musculaires : Les muscles profonds du dos ou m. des gouttières vertébrales

Le schéma précédent expose les données anatomiques classiques des muscles des gouttières vertébrales. Il n’a pas été possible de procéder à des analyses histochimiques de ces muscles, mais ils offrent un bon exemple de la corrélation entre l’anatomie descriptive et fonctionnelle

1)- Organisation générale de ces muscles :
Malgré l’intrication de leurs nombreuses insertions, ils sont disposés en 3 plans :

a - plan superficiel : les m. spinaux longs (1 et 2). Très long trajet. Insertions basses sur la face dorsale du sacrum. Insertions supérieures remontant jusqu’à la colonne lombaire, thoracique et cervicale.

Leur fonction est de gérer le redressement vertébral volontaire. Ils dépendent du Système néo- moteur central (Mouvement).

b - plan moyen : les m. spinaux intermédiaires (3 et 4). Longueur moyenne. Ils sont centrés sur les régions charnières et clé - de - voûte de la colonne, principalement sollicitées au cours du mouvement.
- m. transversaire du cou : charnière cervico - thoracique
- m. spinalis : clé - de - voûte thoracique (T6/T7), sommet de la cyphose pathologique.

Leur fonction automatique est de contrôler les courbures, au plus près de l’axe vertical gravitaire. Ils interviennent dans l’équilibration permanente de la colonne vertébrale. Ils dépendent du Système paléo - moteur central (Posture).

c - plan profond : m. spinaux courts (5) : Greffés par plusieurs faisceaux étagés (m. multifide) sur des blocs de 4 vertèbres. Ils assurent, de proche en proche, la solidarité inter - vertébrale élémentaire, sur toute la hauteur de la colonne.

Leur fonction est purement tonique, renforçant la rigidité vertébrale dans la posture et le mouvement. Ils dépendent du Système archéo - moteur central (Tonus).

2). - Ainsi classés, on peut envisager leur finalité fonctionnelle :

Les plus profonds assurent la solidarité inter - vertébrale dans la rectitude de la verticalité. Au plan fonctionnel, ils sont des muscles tonico - posturaux.

Les muscles intermédiaires assurent le support des régions les plus exposées aux contraintes des mouvements vertébraux. Au plan fonctionnel, ce sont des muscles posturo- phasiques.

Les muscles superficiels sont les plus aptes au mouvement volontaire de redressement du tronc. Au plan fonctionnel, ce sont des muscles principalement phasiques.

L’ensemble assure, en synergie, la rectitude vertébrale et son adaptation aux mouvements de flexion et d’extension du tronc.

Diapo précédente - Diapo suivante

Hit-Parade