Anatomie
Dr. Bertrand Boutillier
Pr. Gérard Outrequin

SNC : Néencéphale et Néo - cérébellum

SNC : Néencéphale et Néo - cérébellum = Mouvement volontaire

Les voies centrales du mouvement global et du mouvement sélectif partent du cortex moteur du lobe frontal (Aires 6 et 4).

Le mouvement global est initié par les petites cellules pyramidales de l’aire 6, territoire moteur beaucoup plus étendu que l’aire 4. La voie motrice efférente constitue le faisceau cortico - ponto - cérébelleux. Elle s’articule dans le pont avec les fibres ponto - cérébelleuses, à disposition horizontale. Elles pénètrent dans le cervelet par le pédoncule cérébelleux moyen et se projettent sur le cortex des lobes latéraux (néo - cérébellum), niveau d’organisation temporo - spatiale du mouvement global.
A partir du Cervelet, la voie efférente retourne au cortex moteur, après relai dans le thalamus (noyau latéro - ventral intermédiaire). Elle constitue ainsi une large boucle récurrente cortico - cérébello - corticale.
Les fibres motrices corticofuges descendent dans le faisceau pyramidal. Ce dernier est alors constitué par des fibres d’origine différentes. A ce niveau sont regroupées les fibres provenant des petites cellules pyramidales des aires 6 et 4, et les axones des grandes cellules pyramidales de Betz. Ces dernières assurent l’innervation distale du mouvement volontaire sélectif.

Le faisceau pyramidal (au sens morphologique) est en fait hétérogène fonctionnellement.
(Il n’y a que 35000 axones issus des grandes cellules pyramidales, alors que le faisceau contient 1 million de fibres motrices dans les pyramides de la moelle allongée (bulbe rachidien).

L’ensemble du faisceau traverse la capsule interne, la base du cerveau et occupe la partie moyenne des pédoncules cérébraux. Plus bas, dans la moelle allongée (bulbe rachidien), les fibres sont dissociées : Les fibres pyramidales constituent le faisceau pyramidal commun qui, après décussation forme le faisceau pyramidal direct et le faisceau pyramidal croisé, descendant dans la moelle.

D’autres fibres ont une destinée réticulaire. Elles atteignent les noyaux inhibiteurs de la substance réticulée du tronc cérébral, qui est prolongée dans la moelle épinière, par une voie extra - pyramidale inhibitrice : le faisceau réticulo - spinal latéral.
L’ensemble constitue la voie cortico - réticulo- spinale inhibitrice. L’interruption de cette voie, quelque soit le niveau, est responsable de la spasticité, par libération du puissant réflexe myotatique (en flexion pour le membre supérieur et en extension pour le membre inférieur).

Diapo précédente - Diapo suivante

Hit-Parade